Nederlands       Je suis un docteur
La douleur? Analgésie Painstory Liens utiles / Press Effets supplémentaires Accueil
 
Analgésie
ANALGÉSIE

Il existe différentes possibilités de traitement de la douleur:


La méthode la plus fréquente est la prise d’antidouleurs (analgésiques) mais votre médecin ou le professionnel de la santé peuvent également vous proposer d’autres options telles que des infiltrations, de la kinésithérapie, de l’acupuncture, …

Dans ce chapitre, nous aborderons surtout le traitement à l’aide d’analgésiques.
Il est important de toujours consulter votre médecin avant de prendre des analgésiques.

| Top |

DIRECTIVES

Lors du traitement de la douleur chronique, les directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sont généralement utilisées comme fil conducteur. 
  • l’administration orale est préférable aux autres voies d’administration
  • le médicament doit être administré à horaires fixes selon l’échelle analgésique
  • le traitement doit être évalué de manière individuelle en prenant soin de gérer les accès douloureux paroxystiques et la douleur intermittente
  • nécessité de surveiller les effets thérapeutiques et indésirables (effets secondaires)
Vous trouverez ci-dessous une illustration de l’échelle analgésique selon l’OMS :



| Top |

LES PRINCIPAUX ANALGÉSIQUES

Les paragraphes suivants abordent plus en détail les principaux analgésiques. Votre médecin doit déterminer avec vous le type de traitement analgésique qui vous convient.

paracétamol et AINS

Le paracétamol est l’analgésique et antipyrétique le plus utilisé dans le monde. Il est efficace contre les douleurs légères à modérées et est généralement bien toléré. La dose journalière ne peut cependant pas dépasser 3-4 grammes afin d’éviter une toxicité hépatique.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont des médicaments anti-inflammatoires possédant également un effet analgésique. Comme tous les médicaments, ils présentent également des effets indésirables tels qu’ulcères gastriques, hémorragies gastriques, maux de tête, augmentation de la pression sanguine, …….. En raison de leurs effets indésirables potentiels, les AINS doivent uniquement être utilisés lorsqu’ils sont réellement nécessaires. Ces effets indésirables s’observent plus souvent chez les personnes âgées (Source : CBIP)

opioïdes

Les opiacés sont des analgésiques qui miment des substances analgésiques propres à l’organisme, appelées endorphines. Ils exercent leur action en se liant aux récepteurs opiacés présents dans le cerveau, la moelle épinière et le système nerveux périphérique. Le système nerveux périphérique est constitué de tous les nerfs du corps à l’exception de ceux du cerveau et de la moelle épinière.

Les opiacés se classent schématiquement en 2 groupes :

  • Un opiacé faible est un analgésique à faible action destiné au traitement des douleurs modérées à sévères. Les exemples comprennent la codéine (le plus souvent utilisée en combinaison avec le paracétamol), le tramadol et la tilidine. Les symptômes suivants peuvent se manifester comme effets secondaires : nausées, vomissements, fatigue, vertiges, constipation, maux de tête et somnolence.
  • Un opiacé puissant est un analgésique à action puissante destiné au traitement des douleurs sévères à très sévères. Par le passé, ces analgésiques n’étaient utilisés que pour les patients en soins palliatifs. Les opiacés sont à présent également de plus en plus utilisés contre les douleurs non cancéreuses telles que maux de dos sévères, arthrose, douleur neuropathique,… Il est cependant important que ces substances soient correctement dosées et qu’elles soient administrées au patient adéquat. Votre médecin doit assurer un suivi adapté.
types :

morphine, hydromorphone, oxycodone, oxycodone-naloxone, buprénorphine, fentanyl, méthadone.

effets indésirables :

Les opiacés puissants peuvent également présenter des effets indésirables. L’effet indésirable le plus fréquent est la constipation. Étant donné qu’il s’agit d’un effet indésirable très gênant qui perdure et qui peut entraîner une hospitalisation, il est important d’associer des laxatifs au traitement. D’autres effets indésirables potentiels comprennent nausées, vomissements, vertiges, sédation, confusion et démangeaisons.

médicaments complémentaires (adjuvants) :

On entend par là deux types de médicaments.
Tout d’abord, les médicaments qui ont pour objectif de contrer les effets indésirables provenant des analgésiques ; par exemple des médicaments contre les vomissements et les nausées. Ensuite, d’autres préparations possédant également un effet analgésique sont régulièrement administrées. Les principales parmi celles-ci sont les antidépresseurs (ex : redomex) et les antiépileptiques (ex : gabapentine). Leur utilité a principalement été démontrée en cas de douleur neuropathique.

| Top |
Blarenberglaan 3 C
2800 Mechelen -
Belgique
tél.: +32 15 45 11 80
fax: +32 15 45 11 90
e-mail:
info@mundipharma.be


legal statement